# Corps [&]

#4 | Corps[&]
Véhicule utilitaire aux sens communs,
accessoirement sujet de réflexions lumineuses,
le corps s’engage tel un disque dur organique
à être profondément l’artisan de toutes traces de réalité,
Il officie en présentation.
Avec authenticité photographique et une liberté éparse du partage, je souhaite révéler dans ma série CORPS[&] le lien intrinsèque qui rythme avec sens la volonté de mouvement.
Le corps, sujet du temps, proie constante du moi.
Sa mise en lumière ici, se propose donc d’en exprimer le tréfonds, sous forme d’une amniocentèse épistolaire,
livrée par la rencontre d’auteurs avides de sens.
« Quand tu regardes l’abîme, l’abîme te regarde aussi » -Nietzsche-
En prolongement intrinsèque à la série, CORPS[&] en performance. Présentation durant l’exposition d’une performance, une restitution fragile, authentique de l’union de la danse et de la photographie suggérant la relativité, par sa précarité à saisir l’instantané, en controverse d’un temps déchu et matériel. Un temps qui s’écrit avec le corps, la lumière et de fait se partage au plus profond de la conscience d’être.

 

vision
« Prendre corps »
C’est de la photographie animée,
de la lumière écrite en direct pour un public plongé dans un rêve.
C’est une danseuse habillée d’une lueur rouge,
un corps un mouvement qui devient image,
ombres et reliefs.
C’est aussi et surtout une complicité artistique, la création d’une intimité entre les deux artistes et leurs mondes,
une connexion physique et spirituelle.
Le public est alors pris comme témoin de cette rencontre éphémère et subtile.
Son regard guidé, par la main du photographe, se noie dans le noir qui devient à son tour matière à sculpter.
Cette parenthèse hors du temps semble s’étirer à l’infini et laisse la sensation
d’une expérience onirique.
Jf