Onirisme

Onirisme

Quelque part outre tombe
les mots manquent de voie
la nuit aspire doucement,
le sommeil refuse sa proie
il n’est pas leurre
même pas mien!
par dépit arrogant il se fait sombre,
chute ascensionnelle vers les ensevelis,
d’un poids lourd de conscience
la peur ne gagne pour l’instant que le libre arbitre.
le sang lui se glacera qu’une fois l’espoir figé.
il va ainsi en ses lieux!
Dédaigneux du beau,
arrachant toute trace d’envie nourrissant la futilité.
la lumière nait pas ici bas,
il fuit sa perte,
aspire à croire au mieux mais reste incapable de dire,
en somme de tous ses doutes,
ce qu’il a réellement en lui…
réveil